Malgré son nom, l’assurance vie universelle n’est pas pour tout le monde. Elle combine une portion assurance vie et une portion épargne-placement. C’est un produit d’assurance vie qui est souvent considéré et dépeint comme étant un abri fiscal, toutefois nous tenions à nuancer certaines croyances populaires sur ce produit avec des précisions tirées du site de l’Autorité des Marchés Financiers :

Ainsi, vous pouvez payer des primes plus importantes que le coût d’assurance :

Par exemple, le coût d’assurance est de 400 $ par année, mais l’assureur vous permet de débourser jusqu’à 1 200 $. Le surplus que vous payez s’accumule dans votre fonds de capitalisation à l’abri de l’impôt tant que vous ne retirez pas les sommes. Toutefois, l’assureur doit payer 15 % d’impôt sur les revenus de placement générés dans la police (des nuances s’appliquent et des limites sur les sommes « investies » dans la police sont imposées). Bien que l’assuré ne paie pas directement ces impôts, ces sommes peuvent être intégrées aux frais que facture l’assureur. Aussi, lorsque vous retirez les sommes de la police, de l’impôt peut être payable. Si c’est le cas, l’impôt de 15 % sur les revenus de placement payé par l’assureur peut lui être remboursé.

De plus, une taxe de 3,48 % est prélevée sur la somme que vous versez au contrat, y compris sur la portion épargne. L’assureur peut en assumer une partie ou la totalité. L’assurance vie universelle se vend sous deux formes : avec des primes qui augmentent avec l’âge ou des primes fixes.

Questionnez votre représentant au besoin.

Nos clients qui souscrivent à une assurance vie universelle peuvent donc :

  • Choisir d’investir les sommes parmi plusieurs types de placements, par exemple dans des fonds distincts. Le montant accumulé peut servir à payer les coûts d’assurance;
  • Retirer des sommes si nécessaire. De l’impôt peut alors être payable.

Avoir la possibilité de payer leur prime d’assurance à même le fond de capitalisation en s’assurant évidemment que ce dernier contienne suffisamment d’argent pour payer le coût d’assurance.

Partager